Sainte-Cécile, une voix-martyre qui chante par-dessus les maux

cathédrale 1  J’avais noté ce concert sur mon agenda depuis quelque temps, j’y suis allé, sans me douter que cette représentation prendrait un sens particulier qui me ferait dépasser le simple plaisir de l’écoute et de découverte des œuvres. Une cathédrale majestueuse, une Sainte singulière et patronne des musiciens qui lui a donné son nom, et un moment solennel pour redonner le goût de la simplicité et du Beau. Un petit partage à travers ce court post. Je sais, c’est un peu le grand écart depuis mon dernier billet musical sur Joe Satriani, mais il y a un temps pour tout !

L’association Christophe Moucherel (du nom du créateur de l’orgue) est une petite structure qui assure l’entretien et la restauration du plus grand orgue classique de France, celui de la cathédrale Sainte-Cécile.

cathédrale orgue2cathédrale orgue

L’association organise plusieurs manifestations au cours de l’année, notamment les fêtes de Sainte-Cécile en novembre. Elles ont pour but de célébrer cette religieuse, dont le curé de la Cathédrale dans son propos introductif, précisera qu’elle fut arrêtée pour avoir chanté les louanges de Dieu malgré les interdictions des romains, condamnée à mort, mais continua à chanter après les humiliations, les tortures et les supplices, et ce jusqu’à son dernier souffle. Après s’être interrogée sur le maintien du concert de ce dimanche après-midi compte-tenu des circonstances, l’association et la paroisse ont décidé de le maintenir : continuer de chanter, de jouer, malgré l’horreur et la peine, ici et aujourd’hui, comme l’avait fait cette Sainte qui fut donc choisit pour être la patronne de tous les musiciens…

A ces mots la cathédrale s’est naturellement remplie d’une ambiance particulière s’il en était besoin, tant les abords de celle-ci étaient déjà propice à faire comprendre que ce n’était pas une après-midi de concert comme les autres : circulation fermée aux abords de la cathédrale, le glas qui sonne lourdement, quelques véhicules de Police, les gens qui marchent en silence (que j’ai à peine, mais vraiment à peine troublé, promis, avec le potato-potato de la moto…), fouille à l’entrée, et l’intérieur archi-bondée, déjà plus une place assise 15 minutes avant le début du concert…

IMG_20151115_174511Une fois installé et le concert démarré, tout est question d’abandon dans l’écoute des harmonies, des symphonies, des solos, des envolées, des montées et des descentes, des chœurs, des altos, sopranos, barytons à travers les œuvres de Brahms (concerto pour violon op77), César Frank (que je ne connaissais même pas de nom, magnifique, Sept paroles du Christ en croix), Gabriel Fauré (cantique de Jean Racine) et Dvorak (Te deum, glaçant d’émotion), interprété par l’ensemble orchestral de Toulouse et les chœurs de l’université de Toulouse. C’est peu dire que je me suis laissé porter par cette atmosphère et la pureté des sons pendant 2 heures. Un petit moment de grâce bienvenue, dans un cadre majestueux que j’ai eu plaisir de redécouvrir en y mettant un nouveau sens. Et c’est un athée qui parle !

Prochain et dernier concert des fêtes de Sainte-Cécile dimanche 22 novembre, récital d’orgue  (entrée gratuite, participation libre « à la corbeille » que le président de l’association sait toujours encourager avec un certain brio plein d’humour).cathédrale 2

Liens :

César Frank, Les Sept paroles du Christ en croix, ici en intégralité. Seuls 3 extraits ont été joués pendant le concert, notamment le prologue, transperçant.

 Gabriel Fauré, Cantique de Jean Racine

 Antonin Dvorak, Te Deum.

Publicités

6 réflexions sur “Sainte-Cécile, une voix-martyre qui chante par-dessus les maux

  1. et moi aussi, avant de lire ta phrase sur ton arrivée, je me suis dit « et dire qu’il a dû arriver en moto », toi qui n’aime pas te faire remarquer, c’était loupé!!

    J'aime

  2. Ce dimanche avait une saveur toute particulière et il fallait lui donner un sens. Toi comme nous avons prévu un programme pour cette journée et nous nous y sommes tenus. Même si nos pensées étaient certes différentes de ce qu’elles auraient été avant ce vendredi 13…, la musique, la mer et le grand air sont des moyens pais-ible (comme tu dis) de poursuivre notre route et d’a-pais-ser autant que possible notre douleur ! bisous bisous

    J'aime

  3. Super d’avoir pu aller écouter ce concert. J’imagine très bien ton arrivée discrète sur la place de la cathédrale d’ALBI avec comme tu le dis le pof,pof,pof de ta moto …
    Le cantique de Jean Racine de FAURE est superbe je l’ai chanté avec la chorale en concert et à chaque fois c’était un pur moment de solennité et de grandiosité en l’interprétant.Je n’ai pas encore écouter les autres morceaux mais j’imagine qu’ils doivent aussi beaux, je te dirai …

    J'aime

  4. Bonsoir Philippe Encore merci pour votre accueil, nous avons pris plaisir à vous retrouver tous deux ainsi que Pierre et Claire tous deux très beaux et charmants enfants. Gérard n’a pas changé quand à Jacqueline espérons que sa mémoire ne subisse pas d’autres absences. Je te fais suivre le dernier écrit du jour de David et te communique son mail David.jullien@hotmail.fr. Pour suivre ses écrits tu peux t’inscrire sur son blog pour suivre ses publications. Amitiés.

    Gerard Jullien Envoyé de mon iPhone.

    >

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s