A trois on y va, Jérôme Bonnell – 2015

à trois on y vaVoici un petit film rafraîchissant, sans prétention mais bien ficelé. Pas beaucoup de mondes dans la salle pourtant. Une histoire d’amours, oui avec un « s », car il s’agit d’amours mêlées, emmêlées, entre les 3 protagonistes de l’imbroglio du scénario.

Au commencement, Micha aime Charlotte, et Charlotte aime Micha. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont en ménage, et qu’ils viennent d’acheter une petite maison lilloise. Mais Mélodie, qui se pointe à l’improviste chez eux, aime aussi Charlotte, qui le lui rend bien puisqu’on apprend très vite qu’elles ont une relation depuis bien longtemps, sans que Micha ne s’en soit aperçu. Il ne s’est pas aperçu non plus de sa propre attirance pour Mélodie, que quelques verres de vin vont l’aider à avouer. Ainsi Micha va aimer Mélodie, qui va aussi le lui rendre en cédant à ses avances. En conclusion, Micha aime Charlotte, Charlotte aime Micha qui aime aussi Mélodie, celle-ci aimant depuis longtemps Charlotte qui l’aime aussi.

Le film déroule donc ce méli-mélo d’amours avoués ou cachés, à travers une succession de scènes dignes du théâtre de boulevards ou d’un Marivaux, et de dialogues raffinés, subtils, habiles, pour tendre jusqu’au bout l’improbabilité du secret des sentiments, des regards, des gestes et des intentions. On rigole beaucoup, on se laisse porter par le charme de Mélodie, jeune avocate commise d’office qui force sa nature sensible pour défendre de pauvres bougres surpris en flagrant délit de main aux fesses, tandis que Charlotte, mystérieuse, semble rester aussi détachée de ses sentiments que de la meilleure manière de remplir ses jours, avec ou sans Micha, qui lui, semble éternellement étonné d’en être arrivé là.

Un film qui fait du bien, attendrissant, entre fin d’une jeunesse insouciante et début d’une vie de « vrais » adultes engagés sentimentalement et professionnellement, dont je ne regrette que la partie finale, qui, indépendamment du choix du scénariste de choisir l’issue qu’il impose aux spectateurs, arrive trop vite après le basculement (qui lui arrive lors d’une très belle scène) des amours.

La bande-annonce :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s